CEPII, Recherche et Expertise sur l'economie mondiale
La zone euro en crise existentielle


Anne-Laure Delatte

En 2000, l’économiste américain Milton Friedman (1912-2006), lors d’une conférence à la Banque du Canada, répondait en ces termes au Canadien Michael Bordo à propos de l’avenir de l’euro : « Je pense que l’euro est dans sa phase de lune de miel. J’espère que le projet réussira mais mes attentes sont faibles. Je pense que des différences entre les pays vont s’accumuler et que des chocs non synchrones vont les affecter. […] L’Irlande […] a besoin d’une politique monétaire très différente de l’Espagne ou de l’Italie. Pour des raisons purement théoriques, il est difficile de croire que [l’euro] sera un système stable pendant une longue période. Si nous regardons l’histoire récente, [les Européens] ont essayé d’avoir des taux de change rigides dans le passé, et à chaque fois cela a échoué. En 1992, 1993, vous avez eu les crises. Avant cela, l’Europe avait le [Serpent monétaire européen], puis il a échoué et il a été remplacé par autre chose. Donc, le verdict n’est pas sur l’euro même. Celui-ci a seulement un an. Donnez-lui le temps de développer ses problèmes » (traduit de l’anglais).

La zone euro est-elle en train d’échouer ainsi que l’avait auguré Milton Friedman ? Les presque vingt ans qui nous séparent de son jugement sévère nous permettent d’en mesurer le caractère prémonitoire. En effet, dix ans après son introduction, la monnaie unique a subi une crise majeure. Et, comme l’annonçait l’économiste américain, cette crise est venue sanctionner l’accumulation de déséquilibres entre les membres de la zone euro.
[...]


 L'économie mondiale 2019
La Découverte, 2018
pp.21-35

Retour