CEPII, Recherche et Expertise sur l'economie mondiale
Le développement financier chinois : des précautions d’hier aux dangers d’aujourd’hui


Camille Macaire

Le développement du secteur financier chinois a débuté avec la conversion du pays à l’économie de marché à partir des réformes entamées en 1978. Mais ce n’est qu’après la crise financière de 2008 que sa croissance s’est fortement accélérée, portée notamment par l’expansion des banques. Le secteur bancaire en Chine est désormais de très loin le plus grand au monde, avec l’équivalent de quelque 33 milliers de milliards de dollars à son actif à fin 2018, autant qu’au bilan des banques de l’ensemble des pays de la zone euro. En seulement une décennie, la Chine a ainsi transformé les contours du système financier mondial.
Ce développement s’est effectué à l’intérieur de frontières fermées. La faible concurrence et la posture conciliante des autorités, qui souhaitaient avant tout soutenir la croissance économique, ont permis l’essor d’un vaste secteur de l’ombre, opaque et vecteur de risque systémique, et entraîné une explosion du taux d’endettement des agents économiques.
Mais le pays veut s’engager sur la voie d’une croissance plus soutenable. En 2017, Pékin a fait de l’assainissement du secteur financier un objectif stratégique officiel. Depuis lors, des réformes ont été engagées pour contenir l’expansion du secteur de l’ombre, renforcer la sophistication des marchés financiers et rationaliser les grandes entreprises d’État.
Le séisme provoqué par la crise du Covid-19 est venu perturber ces engagements. Outre l’impact direct des mesures de confinement, l’économie chinoise est fortement pénalisée par la chute de la demande extérieure. Dans ce contexte, Pékin est contraint d’utiliser le secteur financier comme levier d’action pour soutenir l’activité.
Malgré tout, le stimulus annoncé reste modéré. Cette décision témoigne de la volonté du gouvernement de conserver des marges d’action pour accompagner l’activité économique à long terme, quitte à devoir accepter un ralentissement de la croissance à court terme. Mais elle reflète aussi une très forte détermination à ne pas saper les efforts entrepris, afin de donner à la Chine une stature de centre économique et financier crédible sur la scène mondiale. Avec les Nouvelles Routes de la Soie, le pays a indiqué son ambition de long terme : prendre une place de premier plan sur l’échiquier financier international.
[...]


 L'économie mondiale 2021
La Découverte, 2020
pp.103-118

Retour