CEPII, Recherche et Expertise sur l'economie mondiale
 La libre circulation en Europe : réelle pour les biens et les capitaux, partielle pour les personnes


Thierry Mayer

Dès le traité de Rome en 1957, l’ambition du processus d’intégration européen était de permettre la libre circulation des marchandises, des personnes, des services et des capitaux. L’évaluation quantitative proposée dans cette Lettre montre que cette ambition a été largement réalisée pour les biens et les capitaux, permettant d’atteindre une mobilité comparable à celle observée au sein des États-Unis. Pour les personnes, en revanche, c’est loin d’être le cas : les frontières entre États freinent deux fois plus les flux migratoires qu’au sein des États-Unis.

 Données source :   let420.xlsx



Abonnez vous au flux RSS de la lettre du CEPII
http://www.cepii.fr/CEPII/rss/RSSLettre.asp
La lettre du CEPII
N° 420   septembre 2021


Texte intégral



Référence
BibTeX (with abstract),
plain text (with abstract),
RIS (with abstract)

Retour