Le blog du CEPII
Partager

Avec Michel Albert, le CEPII perd l’un de ses pères fondateurs

Le CEPII s’associe à la tristesse de ses proches et rend hommage à un père fondateur, un inspirateur et un exemple.
Par Sébastien Jean
Billet du 27 mars 2015


Haut fonctionnaire proche de Raymond Barre,  Michel Albert fut  convaincu dès la fin des années 1970 de la nécessité de créer en France un centre d’analyse dédié à l’économie internationale. Comprendre et anticiper les transformations à l’œuvre, diffuser ces analyses auprès des pouvoirs publics et de l’opinion, furent les missions confiées au CEPII en 1978. Michel Albert, Commissaire au Plan, accueillit alors le Centre auprès du Commissariat tout en lui associant un Conseil, garant de son indépendance.  Président de ce Conseil de 1982 à 1995, il joua un rôle éminent dans le développement et l’évolution du Centre. Attentif à leurs recherches, il encouragea les économistes du CEPII à faire connaître leurs travaux le plus largement possible.

Au service d’institutions françaises comme européennes, publiques ou privées, Michel Albert œuvra à la modernisation de la France et à la construction de l’Europe, aussi bien par l’action que par la réflexion. La profondeur de sa pensée, la qualité de ses ouvrages firent évoluer la réflexion sur l’organisation économique et sociale dans le contexte de la mondialisation. Ses analyses de la diversité du capitalisme restent précieuses pour comprendre les différences d’adaptation des grandes économies européennes à la chute du mur de Berlin puis à la création de la monnaie unique, enfin à la crise économique et financière. Quelle plus belle illustration de la nécessité d’analyses indépendantes exigeantes sur les nouveaux défis posés par les bouleversements constants de l’économie mondiale ?

Le CEPII s’associe à la tristesse de ses proches et rend hommage à un père fondateur, un inspirateur et un exemple. 
< Retour