Avril 2018        



Le contenu de l'édition anglaise peut différer      

Europe Monnaie & Finance Commerce & Mondialisation Migrations Politique économique Economies émergentes Compétitivité & Croissance Environnement & Ressources Naturelles
  Focus

Une augmentation d’un point de la taxe foncière en pourcentage du PIB entraîne une forte baisse du PIB, de 3 % au bout de 3 ans

Par quels mécanismes une augmentation de taxe peut-elle conduire à une baisse de l'activité ? Dans cette Lettre du CEPII, François Geerolf & Thomas Grjebine observent tout d’abord un effet très négatif sur la consommation (- 3,5 % au bout de 3 ans). Une partie de cette baisse provient sans aucun doute de la baisse directe du revenu disponible des agents. Mais la baisse mesurée dépasse de beaucoup la seule hausse d'impôt sur les propriétaires, étant donné que la consommation représente environ 60 % du PIB (l’effet direct serait donc au plus de 1 % / 0,6 = 1,7 %). Cela suggère le jeu d’effets multiplicateurs, tels qu’une baisse initiale de la consommation entraîne celle de la demande globale, qui se répercute elle-même sur la consommation à travers une baisse de la demande de travail, conduisant à plus de chômage. L'effet sur l'investissement non résidentiel est également très important, avec une baisse de près de 11 % au bout de 3 ans. Si une hausse de la taxe foncière conduit à une baisse de la consommation et de l’investissement, elle fait aussi baisser presque immédiatement les importations (- 10,6 % au bout de 3 trimestres). Les changements de taxe foncière ont enfin un effet important sur les prix immobiliers. Selon nos estimations, une hausse de taxe de 1 % du PIB conduit à une baisse des prix de l’immobilier (corrigés de l’inflation) de 17 % au bout de 3 ans. >>>
  publications




  Edito




Conférence à l'occasion des 40 ans du CEPII : La France et l'Europe dans la mondialisation

Dix ans après la crise, les relations économiques internationales apparaissent profondément transformées, qu’il s’agisse de la stabilité économique et financière, de la concurrence internationale, des flux migratoires ou du défi climatique. Quels sont aujourd’hui les principaux enjeux pour la France et l’Europe dans ce contexte ? Pour répondre à cette question, le CEPII réunit, à l’occasion de son quarantième anniversaire, trois panels de trois personnalités chacun, françaises et étrangères, décideurs et académiques. Programme

>>>





Questions d'actualité


Le commerce international devient un lieu d’affrontement politique, alors même que le système commercial multilatéral bâti depuis la guerre sous l’égide des américains avait précisément pour but de le contenir à la concurrence économique, fondée sur des règles. L’incertitude liée au risque d’escalade a d’ailleurs déjà commencé à peser sur les marchés et sur la confiance des investisseurs. L'expertise du CEPII sur deux dossiers sensibles est accessible ci-dessous









  Bases de données




Profils Pays

Les Profils Pays du CEPII offrent une synthèse unique d’informations sur l’insertion internationale de 80 économies. Les indicateurs proposés, développés à partir des bases de données originales du CEPII, permettent aussi bien de caractériser les évolutions de parts de marchés ou la structure des exportations depuis 1967 que d’analyser les gammes de produits exportés ou la protection commerciale en comparaison internationale. Ces données, fournies sous forme de tableaux et de graphiques facilement téléchargeables, sont destinés à l’information, l’expertise et l’enseignement. La mise à jour des données avec l’ajout des données pour 2016 est désormais disponible.
>>>


  Votre avis nous interesse
ISSN: 1255-7072
Directeur de publication : Sébastien Jean
Rédacteur en chef : Dominique Pianelli