Juin 2017        



Le contenu de l'édition anglaise peut différer      

Europe Monnaie & Finance Commerce & Mondialisation Migrations Politique économique Economies émergentes Compétitivité & Croissance Environnement & Ressources Naturelles
  Focus

Nourrir la planète en 2050


9,2 milliards, c’est le nombre estimé d’individus que la planète devra nourrir d’ici 2050.  Le concept de transition nutritionnelle décrit l’évolution de la demande alimentaire en lien avec le développement économique d’un pays, en particulier le revenu par habitant, mais également l’urbanisation ou le commerce international. Cette Lettre du CEPII propose une quantification de ce phénomène à l’aide d’un modèle économique, en s’appuyant sur le comportement des consommateurs dans les pays développés pour prévoir la trajectoire de consommation des pays en développement.

Christophe Gouel & Houssein Guimbard
>>>
  publications





  Evénements

Adrien Matray: “Ré-ouvrir les débats macroéconomiques avec la boîte à outils micro-économétrique”
3 Mai 2017

Workshop sur les économies émergentes
4 Mai 2017

Can Innovation Help U.S. Manufacturing Firms Escape Import Competition from China?
5 Mai 2017

L'Afrique du Nord : le printemps arabe sept ans après
16 Mai 2017

Exchange Rate Disconnect in General Equilibrium
17 Mai 2017

3rd MENA Trade Workshop
17 - 18 Mai, 2017

Gary Banks sur "La contribution des Conseils Nationaux de Productivité
aux réformes structurelles: leçons d’Australie"

7 Juin 2017

The Chinese Economy: enjoy the stability while it lasts
9 Juin 2017

Les accords monétaires en Afrique subsaharienne : la Zone franc est-elle un modèle ?
13 Juin 2017

Compétitivité, Agriculture et Alimentation - Colloque SFER
22 - 23 Juin, 2017

17th Doctoral Meetings in International Trade and International Finance
26 - 27 Juin, 2017

Gross Capital Inflows to Banks, Corporates and Sovereigns 
28 Juin 2017

Michael Bordo on "The Second Era of Globalization is Not Yet Over: A Historical Perspective"
29 Juin 2017

XV ELSNIT Annual Conference : Adjustment to Deeper Economic Integration
20 - 21 Octobre, 2017

  Edito



Export price, tariff and exchange rate: the international elasticity puzzle is worse than you think

Unfair competition or exchange rate manipulations are recurrently used as arguments to justify retaliatory tariffs. The answers in the economic literature are incomplete or puzzling, and there is no consensus on the value the elasticity to trade costs In a recent paper, we shed new light on this debate by putting firm-level export prices explicitly at the centre of the analysis of the international elasticity puzzle (Fontagné et al. 2017). Our results, based on French firm-level data, confirm that, when estimated at the firm level, the tariff elasticity is higher (around 2) than the exchange rate elasticity (less than 1). This is the standard international elasticity puzzle. We go further by showing that the export price elasticity is even larger (around 5) than both the tariff and the exchange rate elasticities.

Lionel Fontagné, Gianluca Orefice & Philippe Martin

>>>


  Bases de données



Profils Pays  - Mise à jour Mai 2017

Outil d'analyse unique du commerce international, les Profils Pays synthétisent et structurent des informations précises et cohérentes sur le niveau de richesse, la spécialisation commerciale, la gamme des biens produits et la protection douanière appliquée dans 80 pays, à partir des bases de données développées par le CEPII. Interactifs, les Profils-Pays sont conçus pour être utilisés comme une ressource pour l'information, l'expertise et la pédagogie, que ce soit au travers d'illustrations ou de données téléchargeables à partir deVisual Data
>>>


  Faits & chiffres



Made in… importé

Les exportations s’appuient de plus en plus sur des pièces et composants importés. La France a augmenté la part des intrants étrangers dans ses exportations de 7,8 p.p. jusqu’à 25 % en 2011, suivant la même tendance que ses pays voisins de taille similaire. L’Allemagne est son premier fournisseur (14,5 %) suivi par les États-Unis (9,8 %), l’Italie (7,5 %) et la Grande Bretagne (6,6 %). La Chine a vu son rôle croître ces 20 dernières années et représente désormais 6,3 % de cette valeur ajoutée étrangère, contre moins de 0,8 % en 1995. Ainsi, taxer les importations en provenance de ces pays revient à taxer à la fois ses intrants et indirectement ses propres exportations contenues dans les biens finaux importés.

Charlotte Emlinger, Gianluca Santoni

>>>


  Opinion



Les négociateurs chinois ne tarissent pas d’éloges sur leurs homologues américains

Le Président Xi Jin Ping et le Président Trump avaient annoncé, en Floride, le lancement d’un programme de travail dit des "cent jours" destiné à "renforcer" la coopération économique. Il s’agit, pour la partie américaine, de réduire le déficit bilatéral avec la Chine, qui s’élève à 310 milliards de dollars en 2016, le déficit de 347 milliards de produits n’étant que très peu réduit par le surplus de 37 milliards dans les services. Le bilan intérimaire des négociations en cours présenté par la Maison Blanche le 11 mai annonce des décisions à confirmer d’ici au 16 juillet, mais on peut dès maintenant souligner que la Chine a réussi à imposer le principe de négociations sectorielles, et d’une politique des petits pas, précisément ce que redoutait nombre d’analystes à Washington, ainsi que le principe d’une négociation « équilibrée » : chaque concession chinoise s’accompagne d’une concession américaine.

Jean-François Boittin

>>>


  Votre avis nous interesse
ISSN: 1255-7072
Directeur de publication : Sébastien Jean
Rédacteur en chef : Dominique Pianelli